Vient de paraître - janvier 2014

La Politique de l’histoire en Italie . Arts et pratiques du réemploi (XIVe-XVIIe siècle)

Caroline Callard, Elizabeth Crouzet-Pavan et Alain Tallon (dir.), La Politique de l’histoire en Italie, Arts et pratiques du réemploi (XIVe-XVIIe siècle). Coll. "Roland Mousnier. Histoire moderne et contemporaine".Paris, PUPS, 2014, 356 p., 24 euros.

ISBN : 978-2-84050-909-7

 

 

Comment, dans l’Italie médiévale et moderne, l’histoire fut-elle citée, réemployée dans le vocabulaire des institutions et de la pratique politique, sollicitée dans la théorie politique qu’il s’agisse de la construction de l’image du prince ou de l’idéologie républicaine, utilisée pour représenter le monde d’ici-bas et ses événements dans les cycles peints aux murs des églises ou des palais ?

 

Quelles formes diverses pouvaient prendre ces procédures de réemploi ? Quels étaient les objectifs poursuivis ? Quels sont les moments qui furent les plus propices à cette quête des références ? Quels pouvoirs choisirent-ils ainsi de récupérer et de transformer les matériaux de l’histoire ?

 

Ce livre part à la rencontre de tous ces usages du passé avec l’espoir de saisir un peu de la culture des sociétés italiennes de la fin du Moyen Âge et du premier âge moderne, un peu de leurs expériences temporelles et de leurs rapports à l’histoire.

Prisonniers de l'Empire Céleste : le désastre de la première ambassade portugaise en Chine 1517-1524

Pascale Girard & João Viegas (ed.), Prisonniers de l’Empire Céleste : le désastre de la première ambassade portugaise en Chine 1517-1524, Paris, Chandeigne, 2014, 352 p., 27,00 €
ISBN : 9782367320762

«Brûlez tout ce qui est chinois» s’écrie Cristóvão Vieira; ils enlèvent de «jeunes enfants pour les faire rôtir et les manger» s’insurge Dai Jing, rédacteur de la monographie du Guangdong. La première ambassade des Portugais en Chine fait suite à leur conquête de Malacca, en août 1511, et à leur entrée dans les réseaux de commerce de l’Insulinde. Tomé Pires, chargé de conduire la mission auprès de l’empereur de Chine, débarque à Canton en septembre 1517. Cependant, la présence des Portugais est loin d’être ami- cale : ces derniers explorent la rivière des Perles et tentent d’édifier une forteresse à son embouchure. De plus, une ambassade malaise vient dénoncer les exactions des nouveaux maîtres de Malacca. L’empereur, apprenant les crimes et les méfaits des Portugais, leur oppose une fin de non-recevoir : l’audience de Tomé Pires n’aura pas lieu. En septembre 1523, les autorités impériales font exécuter vingt-trois prisonniers portugais à Canton.
Cet ouvrage réunit, pour la première fois, des sources occidentales et des sources chi- noises. Il associe des témoignages directs et des textes élaborés à distance des événe- ments. Le dossier documentaire invite à réfléchir sur la mémoire de ce premier contact, tant du point de vue des Portugais que des Chinois. Tandis que João de Barros affirme que les Portugais voulaient «se lier d’amour et d’amitié avec l’empereur», plusieurs textes chinois notent la puissance de ces nouveaux canons qui grondent «comme le tonnerre ».

I. Suma Oriental de Tomé Pires (1515). – II. Lettre de Giovanni da Empoli, florentin, écrite de Cochin, ville d’Inde (15 novembre 1515). – III. Lettre écrite par Cristóvão Vieira, captif à Canton (1524). – IV. Deux lettres écrites par Vasco Calvo, captif à Canton (1524). – V. Deux lettres de Martim Afonso de Melo (1521 & 1523). – VI. João de Barros, Troisième décade de l’Asie, des exploits des Portugais lors de la découverte & de la Conquête des mers & des terres de l’Orient (1563). – VII. Témoignage du commissaire chinois de la marine,Gu Yingxiang. Extrait de Zheng Ruozeng, Traité illustré de la surveillance des mers (1562). – VIII. Les Portugais dans la Monographie du Guangdong (1535). – IX. Rapport de Lin Fu sur le commerce dans le Guangdong (1529). –
X. Les Ming Shilu ou Chroniques véridiques des règnes de Zhengde et de Jiajing (1517-1529). – XI. Yan Congjian, Recueil d’informations concernant les pays étrangers & la réception de leurs ambassades (1574). – XII. Gu Yanwu, Caractéristiques des provinces de l’Empire (1662). – XIII. L’arrivée des Portugais à travers la Mingshi ou Histoire officielle des Ming (1739).

Ancienne élève de l’ENS de Fontenay Saint-Cloud, Pascale Girard est maître de conférences en histoire moderne à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (laboratoire ACP). Elle est l’auteur de plusieurs travaux sur les missions ibériques en Chine aux XVIe et XVIIe siècles, dont le Voyage en Chine d’Adriano de Las Cortes (Chandeigne 2001).
De double formation juridique et philosophique, João Viegas est avocat au barreau de Paris. À côté d’articles et de travaux consacrés au droit ou à l’histoire du droit, il traduit depuis de nombreuses années des classiques de la littérature portugaise, dont La mission d’Ibiapaba. Le père António Vieira et le droit des Indiens (Chandeigne 1998).

Aline Smeesters et Lambert Isebaert, "Poésie latine à haute voix, (1500-1700)"

source: Brepols
source: Brepols

Aline Smeesters et Lambert Isebaert, Poésie latine à haute voix (1500-1700), Brepols, Turnhout "Latinitates", 2013. ISBN: 978-2-503-54145-7, 238 p., 70, 00 euros.

 

L’ouvrage, qui rassemble huit contributions de néo-latinistes mais aussi de musicologues, se donne pour ambition d’explorer les différents types d’interprétation à haute voix de la poésie latine dans l’Europe des temps modernes, qu’il s’agisse de lecture, de récitation, de jeu théâtral ou de chant. A travers trois sections cohérentes consacrées à l’école, à la musique et aux cénacles romains, ce recueil d’études inédites et novatrices contribue à mettre en évidence la dimension sonore et collective que pouvait revêtir jadis la poésie latine, et à ouvrir des pistes de réflexion sur ce que cette double dimension impliquait pour les différents acteurs en jeu : auteur, compositeur, interprète, public.
 
Lambert Isebaert, professeur ordinaire à l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve), où il enseigne la philologie latine et la linguistique comparative. Auteur de plusieurs publications dans le domaine des études indo-européennes. A dirigé avec P. Swiggers et T. Van Hal un recueil d’historiographie linguistique De tuin der talen. Taalkennis en taalkunde tijdens de Renaissance in de Lage Landen (à paraître en 2012).
 
Aline Smeesters, chercheuse qualifiée du FNRS à l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve), spécialiste de la poésie de circonstance néo-latine. Auteur de divers articles ainsi que d’un ouvrage sur la poésie généthliaque : Aux rives de la lumière. La poésie de la naissance chez les auteurs néo-latins des anciens Pays-Bas entre la fin du XVe siècle et le milieu du XVIIe siècle, Leuven, 2011.
 

Table des matières :
 
Avant-Propos - Lambert Isebaert & Aline Smeesters
 
Première partie : l'école
 
Aline Smeesters - Introduction
 
Mathieu Ferrand - Les exercices de composition et de déclamation poétiques dans les collèges parisiens au début du XVIe siècle
Grégory Ems - L’ars pronuntiandi dans les collègues jésuites au XVIIe siècle
Dirk Sacré & Tim Denecker - The Actio oratoris seu de gestu et voce libri duo (Paris, 1675) of the Jesuit Joannes Lucas
 
Deuxième partie : le modèle romain
 
Aline Smeesters - Introduction
Stefano Benedetti - Roma, settembre 1513: Spettacolo, poesia e satira in Teatro capitolino
Francesco Lucioli - «Forma inimica pudori». Le Prolusiones Academicae de stylo poetico di Famiano Strada
 
Troisième partie : poésie latine chantée
 
Aline Smeesters - Introduction
Christophe Georis - Contrefactum et oraison mystique
Jean Duron - Les cantiques de Pierre Perrin: «De l’or et des pierres brutes pour les musiciens»
Anne-Claire Magniez - Les Exercices spirituels sur la scène d’une congrégation mariale. L’expérience originale des jésuites munichois (1695-1717)
 
Conclusions générales - Aline Smeesters

Jan Miernowski, "La beauté de la haine. Essais de misologie littéraire"

Jan Miernowski, La beauté de la haine. Essais de misologie littéraire, Droz, Genève, 2014.
ISBN: 978-2-600-01784-8;  un volume broché de 280 p;
39 USD jusqu’au 28 février — ensuite 48 USD

Comment la haine peut-elle être belle ? C’est la question que pose ce livre, qui ne cherche pas à justifier moralement une telle passion, mais à comprendre la haine la plus extrême, la plus pure, celle qui n’a cure des raisons politiques, économiques et psychologiques, pour s’épanouir en ravages meurtriers.
Afin de saisir cette haine autosuffisante et autotélique, Jan Miernowski propose de la regarder comme un principe esthétique qui affleure de façon intermittente, mais toujours, fort significative, entre la pré- et la postmodernité. La haine devient notamment le moteur de la création artistique dans la poésie antérotique de la Renaissance et dans les pamphlets les plus corrosifs des Guerres de religion ; elle s’impose face au tragique chez Corneille et Racine ; elle joue le rôle de catalyseur de la conscience littéraire chez Rousseau, ou de moteur d’un sublime pervers chez Céline ; enfin, elle se présente comme objet d’art à part entière, heureusement pastiché et parodié par le roman qui nous est contemporain.
En invoquant la haine qui a ravagé son pays, Wisława Szymborska avoue avec un sourire empreint d’ironie : « Inutile de se leurrer / elle sait aussi faire du beau… ». Prenons le poète au mot : oui, la haine sait, littéralement, faire du beau. Mais elle n’a, en cela, aucun mérite ; c’est plutôt la littérature qui détient des capacités inouïes à comprendre et à conjurer le monde.

http://www.droz.org/world/en/6001-9782600017633.html

Antonio Cortijo Ocaña, Rica Amran, Óscar Perea Rodríguez. " La problemática de los conversos: origen, desarrollo y perspectivas de investigación"

Antonio Cortijo Ocaña, Rica Amran, Óscar Perea Rodríguez. "La problemática de los conversos: origen, desarrollo y perspectivas de investigación" dans la revue en ligne eHumanista/ Conversos, vol. 1, 2013.

 

Sommaire

 

Alfredo Alvar Ezquerra. "¿Estigma, disimulación y violencia?, o "aceptación, normalidad y sosiego" en el Ayuntamiento de Madrid (1561-1602/3)"

 

Fernando Copello. "Elegancia mundana y solidaridad judeoespañola: a propósito de dos redondillas de Simón de Barrios"

 

María Isabel del Val Valdivieso. "Los conversos en la obra historiográfica de Alonso de Palencia"

 

Ruth Fine. "De la saga conversa: perspectivas de la historiografía escrita por judíos de origen ibérico (siglos XVI y XVII)"

 

Borja Franco Llopis. "Nuevas tendencias historiográficas en torno al análisis del uso del arte en los procesos de asimilación de la minoría morisca. Propuestas de estudio"

 

José Ignacio Ruiz Rodríguez & María Dolores Delgado Pavón. "La Venerable Orden Tercera Seglar Franciscana redentora de cautivos cristianos en el Norte de África en los siglos XVII y XVIII"

 

Carlos Sainz de la Maza. "Abot de los conversos ca. 1450"

 

Luc Torres. "Mascarade anti-juive (Mascarada a lo judío) dans le Libro de Entretenimiento de La Pícara Justina (1605)"

 

Juan Diego Vila. "La literatura de los conversos españoles: ¿Debate crítico o Damnatio memoriae?"

 

Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
CORNUCOPIA, site de recherche universitaire : quand la littérature du XVIe siècle entre en résonance avec d'autres arts, d'autres disciplines, d'autres époques. ISSN 2261-8430.